1ère édition à Bruxelles 2018

La première édition des Dialogues en humanité à Bruxelles aura lieu les samedi 30 juin et dimanche 1er juillet 2018 dans le Parc Josaphat à Schaerbeek !

Nous remercions vivement la Commune de Schaerbeek d’avoir accueilli le projet avec grand enthousiasme !
Les magnifiques coins du Parc Josaphat pourront accueillir les nombreuses activités que nous sommes en train de préparer (agoras, ateliers, associations, concerts, théâtre, chorales...), le tout dans un climat de convivialité !


Les groupes de travail des Dialogues en humanité Bruxelles sont en train de travailler la programmation de cette première édition en étroite collaboration avec plusieurs partenaires associatifs et les participants du Forum ouvert. Jusqu’ici nous avons dessiné les fils conducteurs du programme et ceux-ci sont travaillés en groupe de travail.

Voici pour l’instant la grille de programmation en chantier :

Horaire des 2 journées (en construction) :

Samedi dès 11h30 : Lancement festif de la 1ère édition !
Dimanche dès 10h Temps pour l’éveil et l’inspiration à l’écoute de nos vies, des artistes, des expériences des Dialogues des autres pays… Petit déjeuner solidaire et musical.

12h00 - 14h00 : Temps de repas partagés : cuisines locales et du monde (produits locaux bio et de saison à prix démocratiques) = un moment unique pour se rencontrer.

14h00 - 16h00 : Temps des ateliers du sensible
En quoi consiste les ateliers du sensible ?
On considère qu’il est bon, avant de débattre des défis de l’humanité dans les agoras, de préparer le corps, l’esprit et l’émotionnel afin de faciliter la compréhension mutuelle.
Rien de tel donc que la relaxation et la prise de recul que proposeront au public une trentaine d’ateliers du sensible avant les agoras. Ces activités consistent généralement en expériences plutôt qu’en discussions, bien que ces dernières ne soient pas exclues. Durant près de deux heures, le public pourra s’adonner au plaisir d’apprendre quelque chose de nouveau, de découvrir d’autres façons d’être, de faire et de faire ensemble. Ce n’est qu’après cette « relaxation » que l’on en vient aux débats, qui de ce fait se font sur un mode plus tolérant et dans une atmosphère bienveillante.

16h00 - 18h00 : Temps des agoras
Le bâton de parole tourne sous l’arbre à palabre à l’africaine lors
d’agoras. En s’appuyant sur le témoignage de passeurs d’humanité issus des plus
divers horizons géographiques, économiques et sociaux. Chacun sera invité à
venir nourrir le débat à partir de sa propre expérience et de son vécu.

18h30 19h30 : Temps d’échanges et de croisement d’expériences : A l’écoute des acteurs.trices de la Transition d’ici et d’ailleurs qui concrétisent des alternatives en rapport avec les thématiques des agoras.

19h30 - 22h00 : Temps de la fête et de la convivialité

Découverte de cuisines du monde, concerts, théâtre, spectacles divers et variés… Il s’agit ici de rendre visible la richesse du croisement des cultures et de l’art pour inviter chacun à l’étonnement et à la découverte.

Chaque journée s’organise autour de 3 parcours
Chaque parcours propose des ateliers et des agoras en rapport avec la thématique du parcours :


1er parcours : « Nous habitons tous la même Terre »
regroupe 2 agoras :

1) Urgence climatique et syndrome de l’autruche :
Face au dérèglement climatique nous avons 2 ans pour agir ! : Malgré les rapports alarmants du GIEC et le récent appel des 15.000 scientifiques du monde entier qui nous alertent sur la dégradation sans précédent de l’environnement, nos sociétés semblent rester dans l’immobilisme. Quels sont les leviers pour accélérer le changement ? Quelle stratégie 2018 -2020 pour sauver le climat et l’humanité ? Que peut faire l’Europe ?

2) Quelle vision à long terme pour une politique migratoire ouverte et généreuse en Belgique et en Europe ?

Comment traiter la situation migratoire qui ne fait que commencer avec humanité et dignité, ces migrations par lesquelles des populations de plus en plus nombreuses tentent de fuir la misère, les nombreux conflits actuels et à venir, les bouleversements environnementaux causés par le dérèglement climatique…

2ème parcours « Quand le ’’je’’ devient ’’nous’’ »
regroupe 2 agoras :


3) L’urgence d’une transition démocratique

Comment construire une démocratie capable de forger une société juste, humaine et durable ? Améliorer la démocratie existante ou inventer d’autres formes plus susceptibles de favoriser la participation active des citoyens ? Sommes-nous capables de laisser naître d’autres façons de faire de la politique ?

4) Quels rapports humains pour demain ? Entraide vs compétition.
Ne serait-ce pas la condition pour créer une façon de vivre ensemble qui redonne une place à notre humanité ? Le grand défi de notre époque sera de vivre en paix avec nous-mêmes et avec les autres dans la sobriété et l’entraide, dans le respect de tous les êtres vivants et dans une relation durable avec la planète. Que développer pour y arriver ?

3ème parcours : « Pour une société égalitaire, solidaire et durable »
regroupe 2 agoras :

5) Le droit à une santé de qualité accessible à toutes et tous, un bien commun à préserver de l’austérité, de la marchandisation et d’une vision purement technologique !
Reprenons en main la gestion de notre corps et de notre mental à travers un meilleur système de santé holistique et accessible à tous.

6) La justice, un des piliers de notre démocratie, aujourd’hui en danger car sous-financée, mal traitée et de ce fait de plus en plus éloignée des citoyens, de plus en plus inaccessible.
Danger ! Des magistrats mobilisent leurs compétences et leur énergie pour défendre une justice plus juste, indépendante et démocratique. A l’écoute des idées et des mouvements qui traversent la société, ils veulent restaurer la confiance des citoyens en attirant l’attention de l’ensemble de la société civile et du monde politique sur l’aggravation des dysfonctionnements du service livré au justiciable et les menaces qui pèsent sur notre démocratie. Comment le droit, les lois peuvent-elles aider les citoyens à construire une société démocratique, juste et durable ?

Et encore...
Tout au long de ces deux journées, un espace de réflexion autour de la rédaction d’une "Charte de l’humanité" sera proposé.
Des agoras pour enfants et adolescents sont également en préparation.


Des invités internationaux

Plusieurs personnalités actives dans de multiples expérimentations de la transition dans leurs pays ont déjà confirmé leur présence à notre 1ère édition et prendront part aux agoras et enrichiront de leurs expériences nos échanges. Bienvenue à elles !

  • Geneviève Ancel, (France) co-fondatrice et coordinatrice des Dialogues en humanité (Lyon et international) à la Métropole de Lyon
  • Patrick Viveret, (France) philosophe et co-fondateur des Dialogues en humanité
  • Ivan Maltcheff, (France) auteur de Les Nouveaux Collectifs citoyens et coach des nouveaux Dialogues en humanité
  • Débora Nunes, (Brésil) initiatrice des Dialogues en humanité et de l’Ecole d’écologie profonde à Salvador de Bahia
  • Emerson Sales (Brésil), physicien, recherche sur les microalgues, réseau international des technologies propres
  • Irène Koukoui (Bénin), co-organisatrice des Dialogues en humanité au Bénin, présidente de Femme Action Développement,
  • Eric Ahoumenou, (Bénin) co-organisateur des Dialogues en humanité au Bénin
  • Nadia Ahoumenou, (Bénin) Dialogues en humanité de Porto Novo
  • Devinder Sharma, (Inde) penseur indien, économiste, analyste international des politiques alimentaires et initiateur des Dialogues en humanité à Chadigarh, Himalaya
  • Siddhartha (Inde) écrivain, journaliste, activiste indien, fondateur et dirigeant de Pipal Tree, organisateur des Dialogues en humanité à Bangalore et des Dialogues en humanité des peuples des tribus des forêts à Kabini dans le Tamil Nadu.
  • Aliou Seye (Sénégal), éducateur de rue, anthropologue, auteur, organisateur des Dialogues en humanité à Dakar Hann et dans plusieurs quartiers de Dakar.
  • Anne-Marie Codur, University Boston, changements climatiques, organisatrice des Dialogues en humanité de Boston
  • Usha Kumari Soolapani, (Kerala, Inde) Coordinatrice de la campagne Save Our Rice, elle a sauvé plus de 500 semences anciennes de riz avec les fermiers en Inde et est aussi engagée auprès des jeunes générations de fermiers bio en Asie Pacifique

Articles de cette rubrique

  • S’investir dans les Dialogues en humanité ?

    , par Fabienne

    Envie de vous investir dans les Dialogues en humanité à Bruxelles ? Bienvenue !! Car nous avons bien besoin de vous pour faire de cet événement citoyen un moment fort et inoubliable ! Tous les talents et savoir-faire sont les bienvenus !
    Nous recherchons : Un.e responsable bénévoles (qui aiguille (...)